Vous avez toujours voulu combattre aux cotés des plus grands Héros de Warcraft? Et si le monde n'était pas le même que celui auquel vous aviez joué?
Tout reste à faire dans un monde qui a besoin de héros afin de repousser le fléau.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Village de Pyrewood

Aller en bas 
AuteurMessage
Kel'Thuzad
Héros
Héros
avatar

Messages : 375
Date d'inscription : 13/06/2010
Localisation : Ruines de Lordaeron

Personnage
Race: Mort-vivant
Classe: Liche
Equipements:

MessageSujet: Village de Pyrewood   Mar 15 Juin - 15:16

Ce village est situé juste en dessous de la demeure du Baron.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Medivh
Novice
Novice
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : dans le monde

MessageSujet: Re: Village de Pyrewood   Jeu 24 Juin - 1:02

Le village de Pyrewood .Un village comme un autre, à ceci près qu'il est étrangement calme. Les barricades élevées autour du village semblent suggérer des temps troublés bien qu'il soit de notoriété publique que peu d'ennemis de la population vivent dans les environs. Des hommes et des femmes marchent dans les rues, silencieux, la tête baissée et se contentant de déambuler jusqu'à leur lieu de travail: les fermes. Ces dernières sont des bâtiments hauts de 3 étages, le rez de chaussé servant pour les bêtes lorsqu'elles ne sont pas dehors. Les 2 étages servent à stocker divers aliments en attendant de les mettre au moulin: farine, blé, etc.

Le village contient une forge, une auberge et le manoir du Baron d'Argelaine à côté du village. Autant dire que très peu de voyageurs s'y aventurent, il n'y a aucun intérêt à venir s'y enterrer: le vin est mauvais, le gîte et les lits aussi, la compagnie n'est pas la meilleure du coin et les gens peu loquaces. Autrement dit, c'est un coin perdu. Pourtant, ce jour-là, quelques rares voyageurs séjournent à l'auberge du Poulet Crasseux. La spécialité du chef est le poulet rôti, servi avec un vin de mauvaise qualité pour les connaisseurs. En effet, un petit groupe composé d'Elfes habillés étrangement et même armés se faisait voir, assis à l'écart de tous, discutant à voix basse entre eux. Ils avaient poliment mais fermement refusé toute nourriture et semblaient observer d'un air dégouté les gens autour d'eux. Au-dehors, on pouvait entendre le bruit d'un orage en train de se manifester.

Petite anecdote pour la route: l'aubergiste est un ancien cuisinier qui faisait partie de l'armée des Humains qui stationnait près de Durnholde il y a quelques mois. Il affirmait que "la bouffe étant rare, fallait se trouver d'autres choses à se mettre sous les dents".

Dans l'auberge, autour des Elfes, le calme plat. Pas un bruit, pas un son, rien. A croire que l'ambiance dans ce village paumé n'existe pas. Le moulin, comme toutes les constructions du village, est en bois pourri par le temps et les dégâts du climat. Ici, il fait tout le temps froid et moche, comme si le soleil lui-même n'était pas assez fort pour passer les ombres des arbres. On peut entrer et sortir librement dans le village, ce qui est assez étrange, car les barricades ne semblent du coup servir à rien si les portes restent tout le temps ouvertes.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Demeroth
Novice
Novice
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 19/06/2010

Personnage
Race: Humain
Classe:
Equipements:

MessageSujet: Re: Village de Pyrewood   Jeu 24 Juin - 12:03

Dans la forêt des pins argentés, à l'ombre des arbres centenaires, un cavalier à l'allure mystérieuse avance le long d'un sentier. Ni la pluie, ni le vent froid ne semblent le gêner tandis que le cavalier avance lentement vers un village se trouvant devant lui.

Le froid, la pluie, le mauvais temps... Et l'orage qui gronde maintenant, il était temps que je trouve un village. Dix jours que je voyage sans croiser âme qui vive, et mes vivres commençaient à manquer. Ce village tombe à point, je vais pouvoir me reposer, acheter des vivres pour la route, et peut-être attendre un temps plus clément pour reprendre la route.

Mais les choses ne se passeront pas comme le prévoit le cavalier, car le village dans lequel il allait entrer n'était autre que Pyrewood. Un coin perdu pour certain, un village sans intérêt pour d'autres, il n'est certainement pas réputé pour son accueil ni pour son climat. Et ce n'est que la partie visible, car qui sait ce que cache ce village qui ne voit jamais le soleil?

Je ralentis ma monture jusqu'à ce qu'elle se mette au pas. A première vue, ce village me semble sinistre. Aucun garde, personne pour surveiller les arrivées et sortis, et pourtant il y a des barricades. J'arrête mon cheval devant celles-ci et observe sommairement le village. L'état des bâtiments n'est guère rassurant, tout cela me semble vieux et pourri. Ce n'est peut-être pas le village auquel je m'attendais, mais au moins je pourrais reprendre des victuailles.
Et là-bas, au bout qu'est-ce? Ce bâtiment qui semble en meilleur état que les autres, j'ai du mal à le distinguer. On dirait un manoir?

Le cavalier se remet à avancer, gardant sa monture au pas léger, et passe les barricades sans aucun problème. Il avance dans la rue principale, regardant autour de lui par-dessous sa capuche, mais ne voit que de vieux bâtiments et des villageois que la pluie ne semble pas perturber.

Avant tout, il me faut trouver une auberge pour me mettre au sec. Je vais demander à cet homme vêtu de haillons, il saura certainement me renseigner.
"Ola villageois! Savez-vous où je pourrais trouver une auberge?"
Rien, pas même un regard en ma direction. Il continue à suivre la rue et disparaît au coin d'un angle. Je me rapproche alors d'une autre personne, une femme aux cheveux noirs et à la robe salie par la boue.
"Ola damoiselle! Savez-vous où je pourrais…"
Rien non plus, elle passe à coté de moi sans me prêter attention et continue vers la droite. Etrange.

Après plusieurs tentatives, et n'ayant reçu que de faibles grognements comme réponse, je me rends à l'évidence. Personne ici ne semble enclin à me renseigner, j'en déduis qu'il va me falloir trouver seul un lieu au sec. Je lève la tête, et aperçoit entre les goutes de la pluie qui force peu à peu une bâtisse plus grande et moins délabrée que els autres. Elle ressemble à un manoir, et semble se trouver hors du village. S'il y a une explication à l'étrange comportement des villageois, elle doit se trouver là-bas.

L'orage gronde, et la pluie se renforce encore. Il me faut vite trouver un toit, j'irai au manoir quand le temps sera moins menaçant. Je presse donc le pas de mon destrier, et cherche ce qui pourrait être une auberge, une taverne, ou même une remise ouverte. Du moment que je peux me mettre à l'abri. Un éclair zèbre le ciel au dessus des arbres, illuminant furtivement le village, suivit du grondement plus fort de l'orage. Et je trouve enfin ce que je cherche, une auberge dont l'enseigne est secouée par le vent. Je laisse ma monture dans l'un des boxes libre et court devant la porte. Celle-ci s'ouvre dans un grincement sonore, clairement audible en l'absence d'orage à ce moment précis.

Je referme la porte derrière moi, et l'orage gronde à nouveau. Ma capuche recouvrant toujours mon visage trempé, je m'approche du comptoir tout en observant la salle. L'intérieur n'a pas meilleure allure que l'extérieur, et les gens pas plus loquaces que ceux que j'ai croisés dehors. La plupart sont des humains, leurs vêtements sont sales, leur teint pâle et leurs mines sombres. Un petit groupe sort cependant du lot. En armure, portant des armes en très bon état, les oreilles pointues. Se sont surement des soldats elfes. C'est donc là que se trouvaient les gardes. Des humains gardés par des elfes, ce village est vraiment étrange.

Je m'assois au comptoir et l'on me demande que je veux prendre.
"Un repas chaud et un bon alcool."
Aubergiste: "Y'a que du vin ici."
"Va pour le vin!"
Le temps que ma commande arrive, je balaie la salle du regard. Les elfes sont les seuls à m'observer, les autres ne font pas attention à moi, restant concentrés sur leur repas. Maintenant que j'y pense, c'est la première fois que j'entre dans une auberge où il n'y a aucun ivrogne, vraiment étrange.

Mon vin arrive, et je ne tarde pas à comprendre pourquoi. Je goûte le vin et recrache aussitôt, il est aussi mauvais que le temps. Je le laisse donc de coté et attends le repas, espérant sans conviction qu'il soit meilleur que tout ce que j'ai vu de ce village jusque là. L'orage et la pluie ne semblent pas diminuer d'intensité, la soirée sera longue si je dois rester dans ce village.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Medivh
Novice
Novice
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : dans le monde

MessageSujet: Re: Village de Pyrewood   Jeu 24 Juin - 13:59

Alors que le voyageur inconnu vient d'entrer, de goûter à la sauce locale et de donner son avis dessus- s'attirant au passage un regard noir de la part de l'aubergiste- une ombre grandit au-dehors. Nul ne peut la voir et pourtant, certains la sentent. Les Elfes ont soudainement l'air plus vigilants et dangereux que jamais et se sont interrompus en observant les alentours. Le nouvel arrivant peut sentir lui aussi que quelque chose dans ce village ne tourne vraiment pas rond.

C'est alors qu'entre une silhouette de taille moyenne. Le visage caché par une capuche, elle semble pourtant peu à sa place dans ce trou à rats, car on peut voir que sa cape et sa capuche sont très richement ornés de symboles purs. La silhouette semble observer la salle et se dirige d'un pas tranquille vers le comptoir. Elle s'asseoit et tourne une fraction de seconde sa tête vers le voyageur encapuchonné comme elle puis reporte son attention sur l'aubergiste:


[Aubergiste] Jvous sers quoi à vous?

La silhouette ne fait pas un bruit, ne crache pas un mot, pourtant on peut voir l'aubergiste s'immobiliser soudainement et se lever d'un pas raide en allant ouvrir une porte fermé à clé au fond à gauche, juste à côté des escaliers pour monter aux étages. La silhouette hoche la tête à l'adresse de l'aubergiste et entre. L'aubergiste acquiesce et observant le nouvel arrivant, il dit d'une voix très basse:

[Aubergiste] La personne que vous venez de voir aimerait s'entretenir avec vous, en privé. Si vous acceptez, vous en serez récompensé. Allez dans cette salle et refermez la porte derrière vous, personne ne doit vous entendre. J'ajouterais que ce qui va suivre durant les prochains jours ici va dépendre de votre décision ici et maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Demeroth
Novice
Novice
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 19/06/2010

Personnage
Race: Humain
Classe:
Equipements:

MessageSujet: Re: Village de Pyrewood   Jeu 24 Juin - 19:28

L'orage gronde une fois de plus, la pluie tombe en trombe, je l'entends frapper sur le bois moisi de la bâtisse. Quelque chose ne va pas dans ce village, mais je ne saurais dire quoi. Ces barricades, le comportement étrange de ses habitants, les soldats elfes… Tout cela cache quelque chose, et il me faut découvrir quoi. Quand la pluie aura cessé, ou du moins lorsqu'elle aura diminuée, j'irai voir dans ce manoir. Et mon repas qui tarde…

La porte grinçante de la pittoresque auberge s'ouvre sur un nouvel arrivant. Lui aussi porte une capuche, comme celui qui était entré avant lui, mais ses vêtements sont différents. D'étranges symboles sont cousus de fil d'or sur sa cape et sa capuche, alors que le précédent n'avait qu'une capuche ordinaire. La personne de taille moyenne se dirige vers le comptoir après un balayage visuel de la salle, et prend place au coté de l'autre homme au visage caché.

Je ne suis pas le seul à cacher mon visage aujourd'hui. Mais qui est ce personnage? Il semblerait qu'il ne soit pas étranger par ici. Pas un mot n'est sortit de sa bouche, et pourtant l'aubergiste semble le reconnaître. Voilà qu'il déverrouille une porte et l'homme à la capuche entre dans la salle qui vient d'être ouverte. Les gens de ce village ont vraiment un étrange comportement…

L'aubergiste hoche de la tête, acquiesçant visiblement quelque chose que doit lui avoir dit l'homme aux symboles d'or, mais les bruits de la pluie empêchent quiconque d'autre d'entendre ce qui se dit. Il revient vers l'autre homme encapuchonné et lui chuchote quelques mots.

"Et le repas que j'ai commandé?"
Aubergiste: "Vous avez peu de temps, prenez vite votre décision."
Cet inconnu veut me parler? Et une récompense me serait offerte juste pour cela… Et de ma décision dépendrai la suite des évènements? Pourtant je ne suis qu'un voyageur de passage, me confondrait-il avec quelqu'un d'autre? Non, ce doit être autre chose. Ce qui se passe ici est bien mystérieux, et si je veux des réponses je ferais mieux d'y aller. Et si c'est un piège comme je m'en doute, alors je vendrais chèrement ma peau.

L'homme à la capuche ordinaire se lève, et se dirige vers la porte qui était verrouillée quelques minutes plus tôt. La main sur la garde de l'épée longue qu'il porte à la hanche, il jette un dernier regard à la salle avant d'entrer là où l'attendait le mystérieux homme, refermant derrière lui la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Medivh
Novice
Novice
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : dans le monde

MessageSujet: Re: Village de Pyrewood   Jeu 24 Juin - 20:38

La silhouette l'attendait, assise sur une chaise en bois, une petite table dressée devant elle, une bourse posée dessus. Lorsque le voyageur prit place sur la seconde chaise, l'inconnu releva la tête et sembla l'observer, le fixer intensément puis, après quelques secondes de silence, une voix douce et féminine se fit entendre, bien qu'il était toujours impossible de voir le visage de l'inconnu:

Bien le bonjour, soyez le bienvenu dans le modeste village de Pyrewood. En d'autres circonstances, je vous aurais souhaité un bon séjour, mais il est clair que cela ne risque pas de revenir de sitôt...

L'inconnue releva sa capuche et était visible un visage gracieux et séduisant, des yeux bleus brillants ainsi qu'un petit tatouage sur le front représentant une gemme bleue. Des cheveux bruns longs attachés en une natte serrée étaient également visibles et pour n'importe qui, cette femme, aussi mystérieuse puisse-t-elle être, ne pouvait être qu'une bonne personne. Elle leva une main protégée par un gantelet sur lequel était tracée une rune divine et tendit la bourse au voyageur:

Je sais que je peux vous paraitre très mystérieuse, mais je préfèrerais vous dire que je suis prudente, car quelque chose d'étrange règne dans cette partie du monde et j'ai besoin de toute aide extérieure pour découvrir son identité avant qu'il ne soit trop tard. C'est pourquoi je ne vous le demanderais qu'une fois, êtes-vous disposé à m'aider voyageur ou pas? Si vous acceptez, cette bourse que voilà contient une certaine somme pour vous récompenser. Je puis aussi vous dire tout ce que je sait c'est-à dire pas grand-chose. Acceptez-vous?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Demeroth
Novice
Novice
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 19/06/2010

Personnage
Race: Humain
Classe:
Equipements:

MessageSujet: Re: Village de Pyrewood   Dim 27 Juin - 11:36

La salle contient peu de meubles: une table, deux chaises et quelques armoires. L'éclairage est donné par un vieux chandelier accroché au mur. La personne à la capuche doté de symboles dorés attend assise, tête baissée, une bourse posée sur la table devant elle.
Est-ce la récompense dont m'a parlé l'aubergiste? De l'argent? Tout cela est bien mystérieux. Restons prudent.

L'homme à la capuche ordinaire avance vers la chaise libre et se cogne légèrement contre la table, faisant tinter les pièces qui se trouvent dans la bourse.
Il s'agit donc bien d'argent, pourquoi me payer? Je ferais mieux de bien écouter ce que cette personne a à me dire.

Il s'assied ensuite sur la chaise libre et, sans baisser sa capuche, observe son vis-à-vis dans la pénombre. Celui-ci lève la tête, l'observe un moment, avant de prendre la parole d'une voix douce et féminine.
Inconnue: "Bien le bonjour, soyez le bienvenu dans le modeste village de Pyrewood. En d'autres circonstances, je vous aurais souhaité un bon séjour, mais il est clair que cela ne risque pas de revenir de sitôt..."[/color]
L'inconnue relève ensuite sa capuche, révélant ainsi son visage.

Il s'agit d'une femme, une belle femme. Des paroles de feu mon père me reviennent alors en tête: "Méfie-toi des belles femmes fils, car si elles peuvent te mener loin et te rendre fort, elles peuvent aussi te mener à ta perte.". Je garde donc ce conseil en tête et l'observe un peu plus. Un visage fin, des bleus, les cheveux bruns, elle attirerait les regards de tous les hommes si elle ne se cachait pas sous cette capuche. Et ce tatouage sur son front, est-ce lié à tout ces symboles sur sa cape? Il s'agit sans doute d'une adepte de la magie. Je dois rester encore plus prudent, bien qu'elle ne me semble pas hostile.

L'inconnue lève alors une main protégée par un gantelet doté d'un symbole similaire à ceux de ses habits pour tendre la bourse à celui qui lui fait face, et reprend la parole.
Inconnue: "Je sais que je peux vous paraitre très mystérieuse, mais je préfèrerais vous dire que je suis prudente, car quelque chose d'étrange règne dans cette partie du monde et j'ai besoin de toute aide extérieure pour découvrir son identité avant qu'il ne soit trop tard. C'est pourquoi je ne vous le demanderais qu'une fois, êtes-vous disposé à m'aider voyageur ou pas? Si vous acceptez, cette bourse que voilà contient une certaine somme pour vous récompenser. Je puis aussi vous dire tout ce que je sais c'est-à dire pas grand-chose. Acceptez-vous?"

Quelque chose de mystérieux, il n'y a cas rester quelques minutes dans ce village pour le croire. Pyrewood, je sens que cela va devenir intéressant. Deux choix s'offrent donc à moi. Accepter et en apprendre plus, ou refuser et passer sur une occasion de découvrir ce qui se passe ici.
Le guerrier reste un moment silencieux, semblant réfléchir. Au bout d'un moment qui dura deux ou trois minutes, il saisit la bourse et la pose sur la table, proche de sa main. Ce n'est qu'après qu'une voix calme, grave et assurée sort de sous sa capuche.
"J'accepte. Mais avant de me dire ce que vous savez de ce qui se passe, dites-moi pour qui je travaille."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Medivh
Novice
Novice
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : dans le monde

MessageSujet: Re: Village de Pyrewood   Dim 27 Juin - 12:44

L'inconnue relève brutalement la tête et le fixe d'un air effaré, comme si elle n'arrivait pas à croire ce qu'elle entendait. Elle hoche la tête et dit d'une voix paisible:

Voyons étranger, vous travaillez pour la Lumière, pour Azeroth et pour l'Alliance. Si tout cela ne vous suffit pas comme raisons, j'ajouterais que vous travaillez aussi pour ce village et ses habitants. Si cela ne suffit encore pas, le mal que je soupçonne d'être à l'œuvre ici pourrait bien s'en prendre à vous, c'est pourquoi il est si avisé d'accepter.
A présent, avant que je ne vous en dise plus, j'aimerais que vous m'exposiez en détail vos capacités et que vous me dites ce que vous savez de ce village, sans rien omettre, même le plus infime détail compte.


La femme le fixait d'un regard intense et ses yeux étincelaient. Bien qu'elle semblait fragile, elle était aussi parfaitement capable de se défendre contre toute tentative d'agression.

----------------------

A l'extérieur de la petite salle privée, de l'agitation se faisait sentir. Un groupe d'hommes costauds et rustres s'étaient avancés et commencèrent à grogner des paroles incompréhensibles aux Elfes qui firent mine de les ignorer ce qui agaça singulièrement les hommes qui commencèrent à baragouiner des insultes. La tension montait et certains voyageurs commencèrent à partir pour éviter tout ennui tandis que d'autres restèrent pour voir ce qui allait se passer.

Les Elfes quant à eux continuaient d'ignorer les hommes qui, de toute évidence, avaient trop bu ce soir et voulaient cuver leur vin sur des passants. Certains tout de même fixaient en fronçant légèrement les sourcils quelques uns des hommes qui les insultaient et chuchotaient à leurs voisins dans leur langue elfique.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvanas Windrunner
Novice
Novice
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 22/06/2010
Age : 26

Personnage
Race: Haut-elfe
Classe:
Equipements:

MessageSujet: Re: Village de Pyrewood   Dim 27 Juin - 14:20

Les hommes de Sylvanas étaient enfin arrivés, tous des elfes bien évidemment. le chef que Sylvanas avait nommé était Glingal. Un être courageux et remplis de bonne volonté envers sa maîtresse rôdeuse, ce qui faisait de lui un membre de confiance. La pluie tombait à grosse gouttes, heureusement pour eux ils avaient de bonne cape, bien que Sylvanas et ses rangers avaient l'air habillé avec de pauvres capes, celle-ci n'était surement pas de qualité moindre. Glingal séparât les hommes pour établir des groupes, le but était d'enquêter sur les haricots porteur du fléau. Pour sa part Glingal se dirigeât dans un pub, lieu où tout guerrier qui se respecte va se souler un peu après une bonne mission. Il ouvrît la porte et entrât avec un des elfes qui l'avaient accompagné, il retirât sa capuche humide et fît signe à son ami de s'assoir à une table.

Glingal avait certes un nom plutôt rustre, mais ce n'était en rien une entrave à se grâce elfique, il se posât sur un des tabourets du comptoir et regardât un peu autour de lui. Voyant que tout le monde parlait, rigolait, surement à propos de leur apparence ou de leur venue d'ailleurs, Glingal se tournât vers l'homme derrière le comptoirs et demandât poliment:


" - Bonsoir avec mon ami, nous possédons une ferme où les haricots poussent à flots et nous en exportons beaucoup. Vous comprenez que mon ami et moi même sommes très soucieux de savoir comment le produit arrive chez vous! Je vous demanderais alors, vos clients sont-ils satisfait de ces haricots ? Serait-il possible d'en avoir une assiette ? "

En général une telle interrogation aurait pu paraître impolie ou encore suspecte, mais il fallait avouer que Glingal était si poli et qu'il entrait parfaitement dans son rôle. Presque impossible de deviner ses véritables intentions, savoir si des caisses contenant la peste du fléau étaient arrivées ici, savoir qui les avaient livrées et d'où étaient parties les livraisons. Il voulait des noms de lieux ainsi que de noms de personnes qui pourraient être dans le coup, si jamais il apportait ces informations dame Sylvanas serait des plus contente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Demeroth
Novice
Novice
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 19/06/2010

Personnage
Race: Humain
Classe:
Equipements:

MessageSujet: Re: Village de Pyrewood   Lun 28 Juin - 11:40

Sa première réaction à ma question est de me regarder avec effarement, comme si je venais de demander quelque chose dévident ou d'inapproprié. Puis elle reprend son sérieux et me réponds paisiblement.
Inconnue: "Voyons étranger, vous travaillez pour la Lumière, pour Azeroth et pour l'Alliance. Si tout cela ne vous suffit pas comme raisons, j'ajouterais que vous travaillez aussi pour ce village et ses habitants. Si cela ne suffit encore pas, le mal que je soupçonne d'être à l'œuvre ici pourrait bien s'en prendre à vous, c'est pourquoi il est si avisé d'accepter.
A présent, avant que je ne vous en dise plus, j'aimerais que vous m'exposiez en détail vos capacités et que vous me dites ce que vous savez de ce village, sans rien omettre, même le plus infime détail compte."


Pour la lumière, pour l'Alliance. Cela explique ses vêtements de qualité, elle doit être d'un rang élevé. Quoi qu'il en soit, ce sont des ennemis du fléau, je me dois donc de les aider.
"Mes capacités? Je suis ma fois un guerrier respectable. Et je ne sais rien de ce village, simplement qu'il n'y fait pas beau et que les gens ne sont pas très accueillants."
L'orage gronde, moins fort que les fois précédents. Un bruit sourd provient de la salle principale de l'auberge, et l'homme à la capuche tourne sa tête vers la porte. Elle ne s'ouvre pas, mais les bruits qui filtrent indiquent que ceux qu'il commence à y avoir du grabuge à coté. L'étranger reporte alors son attention sur l'inconnue.
"Je sens qu'il se passe quelque chose d'étrange et inquiétant dans ce village. J'ai accepté votre offre et je ne reviendrais pas sur ma parole, que pouvez-vous me dire sur ce qu'il se passe dans ce village particulièrement et sur cette partie d'Azertoh plus généralement? Quel est ce mal dont vous avez fait mention et qu'il faut arrêter?"
Le guerrier sans nom avait gardé un ton calme, et l'envie d'en savoir plus était clairement visible dans sa voix. L'on pouvait aussi y lire la détermination que son regard caché ne pouvait révéler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Medivh
Novice
Novice
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : dans le monde

MessageSujet: Re: Village de Pyrewood   Mar 29 Juin - 15:06

La femme sembla réfléchir aux questions du guerrier et finalement dit d'une voix paisible:

Eh bien, comme je vous l'ai dit je n'en sais guère plus que vous, je n'ai que des soupçons et ne peut vous aider que partiellement car je suis liée par la loi et c'est pour cela que j'ai du faire appel à vous.Cette partie du monde, bien que relativement épargnée par les ravages du Fléau, souffre d'être à proximité des terres sur lesquelles il se développe, mais nous n'avons plus vu aucun Mort-Vivant dans la région depuis déjà 3 mois... Voyez-vous ce village était, il y a encore quelques semaines, très paisible et vivant, mais depuis quelque temps, il se passe de drôles de choses à l'intérieur même du village. Des gens se sont plaints d'avoir mal au ventre, il y a eu des accidents bizarres, et je sens une aura maléfique qui rôde dans le village, mais je ne sais exactement ce que cela signifie, donc j'aimerais que vous enquêtiez discrètement, inutile d'alerter le seigneur de ce lopin de terre ou il pourrait s'affoler inutilement, ce que je tiens à éviter en premier lieu c'est que la panique ne se propage partout.

Elle observa silencieusement le guerrier et reprit:

En clair, trouves des indices sans user de violence, à moins bien sur que vous n'ayez pas d'autres moyens, puis revenez me voir. Sachez aussi à tout hasard que je vous retrouverais si jamais vous décidiez de reprendre votre parole et de fuir avec votre argent. A présent, je n'ai rien à ajouter d'autre que de vous souhaiter bonne chance étranger, et j'espère que vous trouverez des réponses assez vite, car j'ai le sentiment que le temps joue contre nous...

---------------

Le tavernier regarda sans comprendre les Elfes qui lui demandaient des précisions sur le commerce. En fait, il était bouche bée car il n'avait encore jamais eu d'aussi illustres clients dans son modeste auberge. Il se reprit néanmoins très vite et leur répondit d'une voix légèrement tremblante, sans doute à cause de leur présence imposante:

[Aubergiste] Euh, soyez les bienvenue au village de Pyrewood messeigneurs je vous souhaite un agréable séjour en ces lieux. Pour ce qui est de votre demande... Eh bien il y a bien le vieux Fergus qui vend des haricots.C'est une maison au Nord de mon auberge dans le village. C'est un type étrange, il vit comme un ermite et on ne le voit que très rarement. Mais je sais qu'il avait vendu quelques dizaines de kilos à des voyageurs il y a quelques jours. Peut-être sera-t-il intéressé par votre proposition...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvanas Windrunner
Novice
Novice
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 22/06/2010
Age : 26

Personnage
Race: Haut-elfe
Classe:
Equipements:

MessageSujet: Re: Village de Pyrewood   Mer 30 Juin - 17:29

La rôdeuse venait de libérer un esclave du fléau et se tournait pour faire le pas pour entrer dans Pyrewood lorsqu'elle fût consternée par l'allure du village...Peut-être était-ce le temps maussade qui lui donnait cette impression, peut-être était-ce la pluie qui voulait sur tout son corps et la gelait toute entière mais ce village ne lui disait rien qui vaille. Son côté sombre était étrange, certes un village de nuit est une chose calme, mais la ce n'était ni calme ni agité comme si quelque chose se tramait en douce. Elle commençât alors à marcher dans le village, certaines personnes étaient encore dehors et leur regard n'étaient en rien chaleureux ni accueillant, elle avait gardé sa capuche pour son identité et commençait à se diriger vers un pub lorsqu'elle vît deux de ses camarades en sortir, elle se dirigeât donc lentement vers eux:

" - Dame Sylvanas que faites vous déjà ici?

- Nous avons pris possession de la roulotte, faites réunir les hommes quelque chose d'étrange se passe, je pense que ce village a déjà été approvisionné en haricot et que la cargaison que nous avons stoppée n'était pas la première. Je n'en suis pas sure mais je préfère ne pas prendre de risque avec les chiens du fléau. Vous avez découvert quelque chose?

- Il y aurait un homme prénommé Fergus qui vendrait des haricots, il se pourrait fortement qu'ils soient alors liés à cette peste. Apparemment personne ne s'est encore manifesté comme porteur du gène du fléau.

- Restez sur vos gardes, je ressent quelque chose d'étrange, chaque seconde qui passe je le sent grandir. Le fléau est de plus en plus proche de ces terres, faites attention à coté de qui vous marchez...Pour ma part je vais aller rendre une petite visite à ce Fergus. Réunissez vos hommes et partez directement pour le point de rencontre avec l'autre groupe, le point ou nous avons dormis la dernière fois. Force! "

Elle préférait y aller seule, sinon la chose aurait été trop suspecte. Elle se dirigeât donc vers la maison que lui avait désigné ses deux camarades. La pluie tombait encore à grosse gouttes mais elle était à un stade ou elle ne sentait presque plus l'eau glacée couler sur sa peau. A peine quelque minutes plus tard elle se trouvât face à la maison du dit Fergus, l'intérieur avait l'air faiblement éclairé, la porte était entrouverte à peine entre-ouverte mais juste assez pour paraître négligée. Doucement la rôdeuse fît un premier pas pour s'en approcher mais le vent se mît à souffler fortement, elle regardât en l'air des corbeaux volaient au dessus de sa tête, la mort n'était pas loin...vraiment pas loin...Elle ouvrît donc la porte quelle refermât derrière elle, Sylvanas appelât plusieurs fois mais aucunes réponses. La pièce était vraiment désordonnée, certaine des chaises étaient renversées, de nombreux morceaux de verres cassés trainaient au sol ainsi que des rideaux griffés...Si les griffures n'avaient pas été aussi grand elle en aurait déduit que c'était un chat mais la ça n'y ressemblait pas, ça avait l'air plus monstrueux. Elle n'eût pas le temps de porter la main à son épée qu'elle fût frappée au visage et en tombât contre une table avant de rouler au sol...

" - T'l'entends pas ?! Wouhou! Il arrive ma belle!!!! Il arrive!!!! Héhéhéhihihihi...T'va crever sale putain, tu veux tout prendre les mérites! Putain tu va crever! "

La rôdeuse était encore sous le choc, sa tête lui faisait affreusement mal, elle jetât un petit coup d'œil par terre et vît du sang couler, elle portât alors la main à son visage et vît qu'elle avait été griffée à la joues, assez profondément pour que ça saigne pas mal...Elle se tournât alors pour observer ce qu'elle soupçonnât d'avoir été Fergus il y a longtemps, en effet cette chose n'avait rien d'un être humain, il était petit recroquevillé, ses ongles avaient jaunis, ils étaient tellement long qu'ils ressemblaient à de véritable griffes...Il n'avait qu'un œil sur deux, et sur certaine parties de son corps, sa chair était manquante ou en décomposition, cependant elle n'eût pas le temps de l'observer plus car il se dirigeât vers elle courant prêt à l'attaquer mais au lieu de cela il lui sautât au dessus et se m'y à s'agripper à tout les murs!

" - Rhaaaaaa, la putain n'a spas envie de mourir!!! Tu n'es pas bien la allongée dans le verre pillée!! Bienvenue chez toi! Tu ne l'entend pas ? Tu veux rester cette nuit ? Pardonne moi les toilettes sont au fond! Putain!!!!!!!!!!! Je vais t'buter!!!! sale put... "

La chose avait l'air plus qu'excitée, Sylvanas commençât à se relever doucement, les parties de ses mains non protégées par ses mitaines avaient déjà été éraflées mais à présent elle étaient coupées par des morceaux de verres...La créature reprît un discours aussi invraisemblable que insensé, mais il n'eut pas le temps de finir car il se mît à faire des bruit bizarre et à vomir partout dans la pièce laissant une odeur de cadavre...Elle n'eût pas besoin de réfléchir beaucoup pour se douter que petit à petit il passait du côté du fléau, elle prit donc la parole, joues et mains ensanglantées, prête à dégainer sa lame. Avec un certains Lyrisme elle reprît la parole:

" - Tu as mangé ce que tu était censé donner à ces gens ?

- TU VEUX MA PLACE ??? JAMAIS!!! C'EST MOI QUI SERT LE PRINCE! Tu as faim ? Moi aussi...Je mangerais bien un bout de ta cuisse...On partage ?A MOINS QUE TU VEUILLE DES HARICOTS?! HAHAHAHAHA JAMAIS! Ils sont au prince, il me les a donné à moi sale putain!!!! "

Il hurlait si fort qu'il s'en cassait la voix, si quelqu'un n'avait pas été attiré ou réveillé par cette chose c'est qu'il était surement mort ou alors dans le même état que lui...Apparemment il n'y avait rien à en tirer. Sa joues la brûlait affreusement, ses mains saignaient à flots mais elle prît quand même sa lame en main. Certes ses doigts tremblaient à cause de ses coupures mais elle la tenait fermement, et cette fois lorsqu'il se jetât sur elle il fût si rapide qu'elle dût se jeter en arrière pour esquiver et lui trancher la tête en même temps...Cependant la pièce était tellement désordonnées que lorsqu'elle reculât pour esquiver sa charge certes elle lui découpât la tête mais elle trébuchât et se cognât la tête contre la même table basse sur laquelle elle avait été projetée.Elle roulât sur le coté avant de s'évanouir, par chance sa tête n'avait pas frappé un coin de la table, si bien que bien qu'elle fût évanouie et en sang elle ne portait que des blessures superficielle. Le nom de Sylvanas était connu en Azeroth, son visage aussi, si jamais quelqu'un du fléau passait ici, s'en serait finit pour elle...Son sang coulait encore, elle n'en mourrait peut-être pas mais elle avait besoin d'aide c'est sur...Mais ses hommes étaient surement déjà en route vers le point de rencontre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Demeroth
Novice
Novice
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 19/06/2010

Personnage
Race: Humain
Classe:
Equipements:

MessageSujet: Re: Village de Pyrewood   Jeu 1 Juil - 20:51

Elle m'explique ce que j'ignorais jusque là, à voix basse comme si elle craignait qu'on ne l'entende. Ainsi j'apprends que le village avait changé depuis peu, et que l'influence maléfique du fléau n'était pas loin. Elle me dit ressentir une aura maléfique, c'est donc cela. Je n'ai pas la prétention de ressentir les auras, mais une chose est certaine: je sens moi-même que ce qui se passe ici n'augure rien de bon. Elle me demande de mener mon enquête avec discrétion, soit. Il n'est de toute manière pas dans mes habitudes de me faire inutilement remarquer, l'anonymat est une si précieuse alliée.

Elle marque une pose, mais je ne dis rien. Je n'esquisse aucun mouvement, j'analyse avec attention les informations qui me sont données afin de savoir comment m'en servir. Mon employeur reprend la parole, et je l'écoute attentivement. Une fois qu'elle eut terminée, le silence se fait à nouveau, seulement coupé par quelques bruits provenant de l'animation de las salle d'à coté. Calmement, posément, sans aucune agression, je pose une question.
"Où vous trouverais-je?"
Inutile de s'éterniser, je vais directement à l'essentiel.

Le mystérieux voyageur écoute la réponse de la femme aux symboles religieux, puis se lève. Il glisse la bourse sous sa cape et l'accroche à sa ceinture, puis se dirige vers la porte. Avant de l'ouvrir, il se retourne pour saluer brièvement son interlocutrice.
"Lorsque nous nous reverrons, j'aurais honoré mon contrat. Au revoir."
Sans plus de mot, l'homme sort et referme la porte derrière lui. Il remarque alors que l'ambiance de l'auberge à changé, une certaine tension est même perceptible du coté des elfes. Il remarque alors deux elfes qu'il n'avait pas vu en entrant, l'un d'eux étant devant le comptoir. Discrètement, l'homme dont le visage n'a toujours pas été révélé se fond dans un coin d'ombre, s'assurant que personne ne le voie.

D'autres elfes. Difficile de dire s'ils sont avec ceux qui surveillent l'auberge, ni s'ils font réellement partie de ce village. Je devrais peut-être commencer mon enquête de ce coté. Ils ont fini, je vais les suivre.
Les deux elfes dernièrement entrés sortent de l'auberge, et l'homme au visage caché se dirige à son tour vers la porte. L'aubergiste, une assiette à la main, semble commencer une phrase comme pour lui donner son repas mais d'un geste de la main l'étranger lui fait comprendre qu'il n'en veut plus. En passant près du comptoir il lâche sur celui-ci quelques piécettes destinées à payer sa consommation et sort sans plus de cérémonie.

Une fois hors du bâtiment, l'homme cherche de vue les deux elfes qu'il suit. La pluie battante s'est calmée et l'orage à désormais cessé, aussi ne prend-il pas de temps pour les voir à nouveau. Il se cache aussitôt dans l'ombre, et les observe sans que l'on puisse le voir. Les deux elfes sont à ce moment en train de parler avec une troisième.

Une femme? Ils sont trop loin pour que je puisse les entendre. Mais la manière dont ces soldats se tiennent… Ce doit être elle qui les commande, c'est donc elle que je dois suivre.
Les trois elfes se séparent. Hors de la vue des deux soldats à nouveau dans l'auberge, l'étranger encapuchonné suit discrètement celle qu'il pense être leur supérieur, restant dans l'ombre et à distance convenable pour ne pas être repéré.

L'elfe entre dans une maison faiblement éclairée en refermant la porte derrière elle. L'homme de l'ombre se rend jusque devant la porte et met ses sens en alerte, cherchant à deviner ce qui se passe à l'intérieur. Une ombre indistincte passe devant l'une des fenêtres, puis le fracas du bois se fait entendre. D'autres bruits suivent, témoignant du combat qui a lieu à l'intérieur.
Un combat? Je ne peux pas laisser faire cela, tant pis pour la discrétion, j'entre.

L'homme dégaine l'épée qu'il portait à la ceinture et entre dans la bâtisse en ouvrant brusquement la porte. Sans prêter la moindre attention au désordre le guerrier se dirigea du coté d'où les bruits étaient provenus, bien qu'ils aient cessés. Il trouve alors, outre quelques meubles cassés, une créature à l'aspect cadavérique décapitée ainsi que le corps inerte de l'elfe qu'il avait vu entrer. Il ne lui en faut pas plus pour reconstituer la scène: la créature sans tête est une de celles créées par le Fléau, et celle qui lui a retiré le reste de sa vie n'est donc pas de son coté.

L'homme s'assure qu'aucun autre mort-vivant n'est présent, et rengaine sa lame. Il s'agenouille alors près du corps inerte de l'elfe, et vérifie qu'elle respire encore.

Elle est en vie, je dois lui faire reprendre conscience avant qu'une autre goule apparaisse. S'il y en a eu une, il y en a certainement d'autres. Ne sachant que faire d'autre, je lui donne de petites tapes à la joue en lui demandant de se réveiller.
"Réveillez-vous, ce n'est pas le moment de dormir. Que s'est-il passé?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Medivh
Novice
Novice
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : dans le monde

MessageSujet: Re: Village de Pyrewood   Ven 2 Juil - 0:55

Le bruit des combats, aussi rapides fussent-ils, attirèrent l'attention de quelques paysans qui passaient par là. Ceux-ci avaient un regard vide et ne semblaient pas prêter une grande attention au carnage qui avait eu lieu ici mais le petit rassemblement fit qu'un garde arriva. Garde était un bien grand mot, en effet l'homme portait bien une armure de fer avec une épée et un bouclier mais l'ensemble semblait rouillé et ne devait pas avoir servi depuis pas mal de temps. Mal rasé, les dents jaunes et les yeux injectés de sang, l'homme devait surement trop boire et se laver rarement, s'il le faisait du moins.

Il écarta d'un coup de coude brusque les paysans qui s'éloignèrent en ne prêtant pas plus attention au garde qu'aux deux personnes qui étaient là. Le garde leur jeta un regard noir, comme s'il leur reprochait non pas d'avoir semé la zizanie mais d'avoir provoqué la reprise de son "travail". Il grogna:


[Garde] Vous foutiez quoi là? Explications vite ou jvous emmène en taule vous rafraichir la mémoire!


L'homme sembla sur le point de dire quelque chose mais il s'interrompit soudain et se raidit. C'est alors que les deux aventuriers virent un filet de sang couler de son front à ses pieds et lorsqu'ils regardèrent, l'homme s'écroula. Derrière lui se tenait un homme qui devait être âgé d'environ 40 ans, le regard vide lui aussi, la mâchoire pendante, une pioche dans sa main, il les fixait en levant la pioche et frappa. Trop lent fort heureusement nos amis purent sans aucun problème esquiver, bien que l'Elfe étant encore étourdie, le jeune Humain avait du sauter sur le coté en l'empoignant. Alors qu'ils se relevaient, la créature s'approchait et levait de nouveau son arme dans le but manifeste de se faire des amis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvanas Windrunner
Novice
Novice
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 22/06/2010
Age : 26

Personnage
Race: Haut-elfe
Classe:
Equipements:

MessageSujet: Re: Village de Pyrewood   Ven 2 Juil - 5:22

Sylvanas était la allongée, au beau milieu des morceaux de verres brisé, sang coulant de sa joue et de ses doigts entaillées par ces mêmes bout de verre. Elle avait perdu conscience et s'était retrouvée dans un autre monde, on ne pourrait comparer ce monde à une utopie car jamais elle n'avait cru à cet idéalisme, mais elle se trouvait dans ce qu'elle trouvait être un havre de paix, cependant elle fût bien vite rappelée au goût amer du jour par quelque petite tapes sur le visage...Doucement l'elfe rouvrit les yeux, sa vision était troublée et elle ne se rappelait encore pas du tout du pourquoi elle était la allongée par terre. Doucement elle posât ses mains à plat au sol et se relevât avant de s'assoir sur la table basse sur laquelle elle avait trébuché plus tôt...Elle vît une tête détachée de son corps un peu plus à ses pieds, ca y'est elle se souvenait de ce qu'il s'était passé, cet homme l'avait apparemment réveillée doucement sa vision troublée encore par le choc elle le regardât. C'était apparemment un homme, d'une carrure assez imposante il devait maîtriser l'épée...Elle commençât à ouvrir la bouche pour parler mais elle se retînt lorsqu'elle vît une population plus que massive au niveau de la porte...Ce Fergus dégénéré avait attiré tout le village et elle qui voulait se faire discrète...

Au bout de quelque minutes les commères du village furent bousculées par un homme de la quarantaine, du genre divorcé depuis belle lurette et en pleine dépression. Il commençât à parler de manière hautaine, histoire de faire comprendre à Sylvanas et au mystérieux homme qui était le patron en ces lieux...Un comportement qui ne fît que dégouter Sylvanas, elle ne supportait pas ce genre de comportement qui était typiquement humain.Doucement elle regardât droit dans les yeux le garde, il ne l'avait pas reconnût, ou pas encore quoiqu'il en soit il n'eût pas le temps de parler car à la seconde où leurs regards se croisèrent franchement du sang se mît à couler de son visage, encore sous le choc Sylvanas n'avait pas encore vraiment réagît ce n'est que lorsqu'elle vît un homme à la mâchoire complètement défoncée lui foncer dessus que son cerveau sortît un peu de sa léthargie... Heureusement pour elle, elle eût le réflexe non pas de sauter mais de ses laisser tomber à coté de la table basse où elle s'était assise puis une fois par terre elle vît que l'agresseur regardait l'humain qui était venu à son secours.

avec force elle frappât dans la table basse avec son pied, ce qui eût pour effet de la projeter dans les pieds de la chose à " la gueule cassée ", il s'écroulât au sol, il était à présent une cible plus que facile pour l'humain...Doucement la tête encore étourdie elle se relevât et se mît à fixer son "sauveur". Le sang de sa joue droite avait tellement coulé qu'il avait dépassé le stade de la joue, il avait atteint le cou et coulait sur son torse et ses vêtement. Une vision plutôt peu féminine, de plus ses doigts laissaient eux aussi couler quelque gouttes de sang à cause des morceaux de verres au sol...Elle soupirât, son crâne lui faisait horriblement mal, à présent elle savait ce qu'elle faisait là. Les Haricots, mais cet évènement n'était vraiment pas prévu, elle se mît donc à réfléchir de plus en vite car la cohue avait commencé parmi les membres du villages pour certains effrayé et pour d'autres complètement enragés prêt à accuser n'importe qui des crimes qui venaient d'être perpétués dans cette pièce...

Cependant malgré le vacarme, malgré son manque de présentation du à ses blessures elle dît doucement à l'humain et avec un certains lyrisme dans sa voix:


" - Je vous suis reconnaissante je crois...Merci à vous...Mais je ne pense pas que rester ici soit vraiment ce que nous ayons de mieux à faire. "

La gente de ces petits villages était vraiment stupide, lorsqu'un meurtre avait lieu, on désignait un coupable qui se devait d'être vivant pour que tout le monde puisse l'observer mourir sous la loi du village en question...Hors ici l'idée que l'elfe était la responsable de tout ce désordre commençait à se répandre dans toute les petites têtes stupides et sans matières grises du villages...Ne pouvant ouvrir les yeux et comprendre la situation, ils préférèrent un jugement simpliste et faux sur Sylvanas, de toute évidence il ne l'avait pas reconnue sinon ils auraient fais silence...Mais son anonymat lui convenait parfaitement, elle dégainât sa lame et la pointât vers les villageois qui affluait prêt à lui découper la tête, à la vue de sa lame pointée vers eux ils reculèrent pour laisser enfin le champ libre à la petit porte de la maison de Fergus. Elle sortît de la maison sous les cris des villageois, en général à base de sorcière, de putain et de salope.

Elle devait rejoindre ses hommes, mais seule elle allait avoir du mal, elle était fatiguée autant moralement que physiquement...Elle n'avait pas dormit depuis deux jours et tout ces stupides villageois enragés et entêtés ne l'aidait en rien dans sa situation...pour le moment la seule main qui avait été tendue vers elle avait été celle de cet homme qui était apparemment venu pour l'aider et non pas pour la culpabiliser sur les états de Fergus et de celui à la pioche...Le fléau avait bien été transporté ici, chose sure mais elle espérait juste pouvoir s'extirper du village avant que d'autre villageois ne présente le symptôme.Elle sortît donc de la maison sans vraiment se retourner pour vérifier si cet homme la suivait ou non car elle ne pouvait pas donner le dos à tout ces chiens de villageois...Maudit soit Arthas, il avait fais venir ses haricots pourris ici et à présent c'était elle qui en payait les conséquences...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Demeroth
Novice
Novice
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 19/06/2010

Personnage
Race: Humain
Classe:
Equipements:

MessageSujet: Re: Village de Pyrewood   Ven 2 Juil - 22:11

La jeune elfe se réveille, l'humain s'écarte pour lui laisser un peu de place. Elle peut ainsi mieux respirer et se relever, avant de s'asseoir sur une table basse proche de là où elle gisait quelques secondes plus tôt. L'homme ne dit rien, lui laissant le temps de reprendre ses esprits. Au dehors, une certaine agitation a lieux, ce qui force l'homme encapuchonné à se tenir sur ses gardes.
Le bruit à du attirer du monde, je n'aime pas la tournure que prennent les choses. Il sera difficile de passer inaperçu après ça. A moins que... Il doit y avoir une sortie à l'arrière.

Un homme entre dans la maison délabrée, et fait face aux deux intrus. Sale, négligé, il passerait pour n'importe quel ivrogne du coin s'il ne porta pas d'armure. Et encore, armure comme ses armes sont dans un tel état de rouille et de détérioration que s'il frappait quelqu'un son épée, ce serait la maladie qui le tuerait t non la blessure. Mais aussi mauvais que peut être on équipement, cela ne l'empêche pas de s'adresser aux deux inconnus en grognant comme s'il pouvait leur faire du mal.
Si c'est à cela que ressemble véritablement les gardes de ce village, les elfes doivent venir d'ailleurs. Mais pourquoi?

L'homme au visage caché par sa capuche n'a pas le temps de chercher une explication plausible à sa présence qu'un filet de sang apparait depuis le front du garde, dégoulinant jusqu'au sol. Le pauvre homme dont la vie vient de se terminer s'écroule, laissant à la vue des étrangers son meurtrier.
Une pioche? Quel choix étrange pour une arme. Et sa mâchoire qu'on dirait brisée, et ce regard… Vitreux, sans vie, j'ai déjà vu pareille chose auparavant… Mais oui! Les marionnettes du fléau avaient même regard!

La victime du fléau manie de nouveau sa pioche, visant cette fois-ci l'humain à l'identité cachée et l'elfe encore dans le cirage. L'homme la capuche fait preuve alors d'un réflexe qui sauva leur deux vies. Il se précipite au sol, saisissant au passage l'elfe toujours assise qui n'oppose aucune résistance. Le temps qu'il se relève, l'agresseur libère sa pioche qui s'est enfoncée dans le bois du parquet. Il dégaine, prêt à riposter, et l'elfe lui donne l'occasion de mettre une fin rapide au combat. En lui envoyant la table basse dans les jambes, elle déséquilibre le piocheur au point de le faire rencontrer le sol. La lame tranchante du guerrier n'a plus qu'à transpercer son crâne, et l'être perverti par le fléau cesse de bouger.
La femme de tout à l'heure s'est trompée, le fléau est déjà ici. Mais comment a-t-il fait? Pourtant je n'ai pas eu vent d'une armée de morts approchant par ici. Il serait judicieux de quitter ce lieux au plus vite.

L'humain se tourne alors vers l'elfe et remarque ce qu'il n'a pas vu plus tôt. De sang coule sur son visage et sur ses mains. Alors que l'homme cherche un moyen de sortir sans que les habitants ne les remarquent, l'elfe prend la parole.
Sylvanas: "Je vous suis reconnaissante je crois...Merci à vous...Mais je ne pense pas que rester ici soit vraiment ce que nous ayons de mieux à faire."
Une voix claire, légère. Et pourtant, c'est bien elle qui commande les soldats elfes, sinon ils ne seraient pas partis. Les mots sont inutiles, j'acquiesce d'un hochement de tête. Voyons s'il est possible de sortir par derrière.

L'humain, arme toujours à la main, se dirige vers arrière de la maison alors que sans qu'il le sache l'elfe ressort par la porte. Il trouve une fenêtre, vérifie que personne ne peut le voir et sort. Ce n'est qu'une fois sous la pluie que, se retournant pour aider l'elfe, il remarque qu'elle ne l'a pas suivit. Plutôt que de rentrer dans la bâtisse pour rejoindre l'elfe, il choisit de la contourner. De retour dans la rue, dans l'ombre et à l'écart de la populace locale, il peut alors se rendre compte de la situation. L'elfe, arme à la main, tient en respect les villageois en colère qui l'entourent à mesure qu'elle avance. Plus loin dans les rues il aperçoit des humains dégénérés, semblables aux deux cadavres de la maison, s'approcher d'un pas lent et saccadé.
Des goules… Pour le moment, l'elfe est sauve mais cela risque de ne pas durer. Elle est blessée et visiblement touchée par la fatigue, je me dois de lui porter secours. Pour mon honneur et parce que j'ai la sensation qu'elle pourra m'aider dans mon enquête.

Le guerrier méconnu met alors au pas de course, non pas vers l'elfe mais vers l'écurie se trouve son cheval. Au passage, il décapite une goule et en tranche une autre en deux, faisant gicler le sang sous la pluie. Il rejoint sa monture et la lance au trot sans même y monter. Courant momentanément à coté, il bondit et se hissa avec force sur le canasson avant d'augmenter l'allure, se dirigeant vers foule qui se rapproche peu à peu de l'elfe.

Plusieurs têtes se tournent vers le cavalier lorsque le cheval hennit. Quelques coups de talons sont nécessaires pour garder l'allure. Ceux qui ne s'écartent pas sur le passage du cavalier sont projetés au sol par la puissance de l'animal, et la soudaineté de la scène permet au cavalier d'arriver au niveau de l'elfe sans problème. Il lui agrippe alors le bras et la hisse derrière lui, avant de lancer son destrier au galop, ils s'éloignent alors rapidement de la foule. En peu de temps, le cavalier et sa passagère sont hors de Pyrewood. Après avoir vérifié que personne ne les suit, le cavalier ralentis sa monture jusqu'à l'arrêter au couvert du bois.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvanas Windrunner
Novice
Novice
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 22/06/2010
Age : 26

Personnage
Race: Haut-elfe
Classe:
Equipements:

MessageSujet: Re: Village de Pyrewood   Sam 3 Juil - 18:33

Alors qu'elle tenait encore ces villageois stupides à distance elle entendit des bruits de sabots qui venaient de plus en plus rapidement, elle se tournât alors la tête vers le cavalier et elle remarquât encore cette humain qui lui tendît le bras à peine eût-elle été empoignée qu'elle fût hissée sur le destrier, elle aidât son camarade en se balançant les jambes au bon moment pour atterrir parfaitement sur l'animal. Il galopait à vive allure, si bien que l'elfe du s'accrocher à l'armure de plate de l'humain, laissant un peu de sang sur celle-ci à cause de ses doigts coupés. Ils galopèrent encore et encore jusqu'à ce qu'ils arrivent au couvert du bois, l'homme se mît alors à ralentir la cadence, puis il arrêtât enfin son destrier. D'un bon elle sautât du cheval et fît quelques pas pour aller s'asseoir regardant l'humain qui l'avait sortie d'un sacré pétrin. Jamais elle n'aurait pensé que la situation aurait atteint ce stade critique, assise les yeux rivés sur ses mains coupées elle se mît à regarder l'homme qui l'avait sauvée sans raison, les esprits avaient quand même fais tourner le vent en sa faveur ce soir. Doucement elle se mît à parler à l'homme:

" - Merci, je vous dois une fière chandelle, Sylvanas de Coursevent, générale de ce que furent autrefois les Rangers de Quel'thalas. Ravie de vous rencontrer, une raison pour cette prise de risque pour moi ? Ou ne serait-ce qu'une doctrine visant à protéger les plus faibles ? "

Lorsqu'elle prononçât le mot faible elle eût un petit sourire, elle savait très bien pourquoi elle n'avait pas découpée la tête de ces villageois. Déjà que son peuple avait été réduis au trois quart, elle n'allait pas continuer à tuer des êtres de sa faction inutilement, certes une prise de risque grande que de ne pas tuer en sachant que l'on peut-être tué, mais elle se refusait à faire tomber des êtres pouvant un jour se battre à ses côtés. La forêt était bien plus que silencieuse ce soir, Sylvanas était aux aguets. Elle entendait une petite source d'eau non loin de là, elle fît signe à l'homme qu'elle s'y rendait pour qu'il la suive sur le cœur lui en disait. Une fois face au point dos, elle passât sa main ensanglantée sur les coupures sur son visage, elle regardât alors son reflet dans l'eau...Elle n'était pas belle à voir, un petit sourire triste, des yeux mélancolique. Arthas l'avait vraiment marquée au plus profond d'elle même. D'un mouvement rapide elle retirât ses gants, détachât ses épaulières qui tombèrent dans l'herbe, retirât son haut de cuir lui laissant un petit haut léger cachant ce qu'il y avait à cacher puis elle se dirigeât vers al rivières. Sylvanas était une elfe, si bien que les créatures ne fuyaient pas à son approches, les poissions restèrent ici à tourner autour d'elle au rythme des poignées d'eau qu'elle passait sur ses coupures. Le courant de al rivière déportait le sang de Sylvanas plus loin, ré-éclaircissant l'eau souillées par son sang. Ses coupures passées sous l'eau la brulait mais elle ne montrât en rien sa douleur puis elle se retournât et se posât sur un rondin.

Sur son corps on pouvait apercevoir plusieurs cicatrices plus ou moins fines, héritages d'un passé de combat. On pouvait notamment voir certains cicatrices des flèches qu'Arthas lui avait enfoncée dans la peau, bien qu'elle pensait à tout ceci elle n'en parlât pas à son compagnon du soir. Sur son visage, plus exactement sur sa joue droite trois entaille nette et fraichement nouvelle sur la peau de l'elfe était plus que très visible...Heureusement pour elle bien que les entailles fussent nettes, elles n'étaient que très peu profonde. Elle posât son regard sur le sien, les elfes étaient connus pour leur regards plutôt intensifs, si bien que si elle le dévisageait des yeux elle ne le faisait en fait pas exprès...C'était comme si elle cherchait à lire en lui, cependant il l'avait sortie de la sans se soucier de ce qu'il se passait...Peut-être était-il dans la même situation qu'elle? Errant au gré du vent pour luter contre le fléau ? Ou peut-être ne faisait-il qu'errer ? Elle n'en savait absolument rien cependant elle se sentit obligée de lui faire une proposition:


" - Il y a peu, ces attaques de non mort à commencé à se faire de plus en plus fréquentes, j'ai appris hier qu'en fait ces attaques étaient dues à des haricots infectés par le fléau...De nombreuses caisses sont disséminées au beau milieu du Royaume de l'est et j'enquêtais donc dessus...Je vous propose alors si cette quête est la vôtre de me suivre dans cette tâche. "

Chaque mot prononcé était prononcé avec un certains lyrisme, presque comme si ces mots étaient chantés au lieu d'être parlés. Elle regardât son équipement au sol, Sylvanas n'était en rien une femme pudique élevée par les hommes elle avait apprît à vivre comme eux, si bien que sa tenue ne la dérangeait pas. Cependant par respect de l'homme qui était en face d'elle se ré-équipât prête à continuer la route vers le sud.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Demeroth
Novice
Novice
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 19/06/2010

Personnage
Race: Humain
Classe:
Equipements:

MessageSujet: Re: Village de Pyrewood   Lun 26 Juil - 21:28

L'elfe blessée descend du cheval en un bon et se réceptionne sans problème, ce qui est surprenant pour une personne dans son état. Mais lorsque l'on sait qu'elle est en fait membre de l'armée elfe de la nuit, on comprend mieux qu'elle puisse supporter la douleur de ses blessures.

L'humain reste fièrement sur son destrier tandis que l'elfe va s'asseoir pour reprendre son souffle. Doucement, elle s'adresse à lui pour entamer les présentations.

Sylvanas: "Merci, je vous dois une fière chandelle, Sylvanas de Coursevent, générale de ce que furent autrefois les Rangers de Quel'thalas. Ravie de vous rencontrer, une raison pour cette prise de risque pour moi? Ou ne serait-ce qu'une doctrine visant à protéger les plus faibles?"

Sylvanas de Coursevent, les Rangers Quel'Thalas… Ces noms me disent quelque chose, mais je peine à me rappeler où j'ai bien pu les entendre. Et pourquoi en parle-t-elle au passé? Cela me reviendra bien un jour. Pour l'heure, il y a autre chose qui me préoccupe. Ces villageois victimes du Fléau, cette étrange magie qui les transforme…
Tout en réfléchissant, le cavalier encapuchonné observe l'elfe de la nuit. La peau sombre, l'air jeune, elle est dotée de la beauté de sa race. Mais avec le sang qui ruisselle sur son corps meurtri et à l'ombre des gris nuages qui surplombent les pins argentés l'homme ne parvient à en voir plus. Et s'il la dévisage, c'est en fait pour savoir s'il peut lui faire confiance.
Les contaminés s'en sont pris à elle, alors il s'agit certainement d'une de leurs ennemis. Et les amis de mes ennemis sont mes amis dit le proverbe, je peux peut-être m'allier avec elle. Au moins le temps de régler cette affaire...

Enfin décidé, le cavalier porte son poing à sa poitrine en guise de respect et se présente. Son ton est calme, sa voix est neutre.
"Mon nom n'a pas d'importance, mais l'on me connaît sous le nom de Demeroth. J'ai pris ce risque pour mes propres raisons."
L'homme n'en dit pas plus. Il suit l'elfe jusque la rivière lorsqu'elle s'y rend. Il ne l'avait pas sauvé pour qu'elle se fasse dévorer par le premier animal sauvage de la forêt. Il restait donc à distance pour ne pas la gêner, mais assez proche pour réagir si un danger surgissait.

En la voyant se dévêtir, le cavalier se retourne et se fie dès lors à son ouïe pour assurer la sécurité de l'elfe. Il l'entend sortir de l'eau, et tends un peu plus l'oreille pour savoir si elle est toujours là. Le craquement d'une branche morte, le bruissement d'un feuillage, mais rien qui indique qu'elle se rhabille. Il reste donc dos à l'elfe les sens en alerte.

Sylvanas: "Il y a peu, ces attaques de non mort à commencé à se faire de plus en plus fréquentes, j'ai appris hier qu'en fait ces attaques étaient dues à des haricots infectés par le fléau...De nombreuses caisses sont disséminées au beau milieu du Royaume de l'est et j'enquêtais donc dessus...Je vous propose alors si cette quête est la vôtre de me suivre dans cette tâche."

L'homme se retourne machinalement pour faire face à son interlocuteur, sans même y penser. La voyant un minimum vêtue, il ne détourne pas ses yeux. Il remarque alors outre le regard intense, presque pénétrant de l'elfe une multitude de cicatrise dont l'origine ne devait pas être joyeuse. Il tait donc la question sur ces vielles blessures et se concentre sur la question qu'elle vient de lui poser.
Les réponses à mes questions, et sans que je n'aie à les poser? C'est peut-être trop beau pour être vrai. On est jamais trop méfiant. Ou peut-être cette Sylvanas m'accorde-elle sa confiance parce que je l'ai sorti d'une dangereuse situation? Si comme elle le dit sa quête est de déceler ces caisses contaminées, alors cela rejoint ma mission.
"Ce que vous me dites là est inquiétant. J'accepte votre proposition, ensemble nous règlerons ce problème plus rapidement."
Le cavalier joint sa phrase d'un sourire qui, même s'il est caché sous la capuche, se reflète dans sa voix. Son regard se pose ensuite sur les blessures de l'elfe, puis glisse vers les pins argentés.
"Il n'est pas prudent de rester ici, les gardes du village sont peut-être à notre poursuite. Je doute que ces pauvres villageois comprennent ce qui se passe, et pour eux les étrangers que nous sommes doivent être les responsables. Il faut soigner votre blessure, puis nous retournerons voir les dégâts causés par les haricots du fléau. Et s'il existe un antidote à ce poison, il faudra le trouver avant que toute la région n'ait été contaminée…"

Le cavalier a parlé sur un ton distrait, comme s'il réfléchissait à voix haute, mais il n'en pense pas moins. Dans les villages retirés les gens étaient souvent superstitieux, et tout problème était causé par un étranger. Que ce soit un changement brusque du climat, une mauvaise récolte, une épidémie ou autre, le premier étranger de passage se voyait immédiatement accusé. Et c'est précisément ce que craint le voyageur sans nom à ce moment précis. Le ton assuré, il reprend la parole.
"J'ai cru comprendre que vous avez des amis qui vous attendent, nous pouvons les rejoindre. Prenez vos affaires et montez, Dame Sylvanas de Coursevent. C'est un bon cheval, il nous portera jusqu'à vos compagnons."
Par habitude le cavalier accompagne sa proposition en tendant la main pour l'aider à grimper derrière lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Village de Pyrewood   

Revenir en haut Aller en bas
 
Village de Pyrewood
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Boîte aux lettres (L'idiot du village)
» village médiéval 3D iso
» The Village Lanterne Restaurant
» Nuit 1 (idiot du village)
» Village japonais et inspirations pour des châteaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Warcraft RPG :: Azeroth :: Nord d'Azeroth :: Forêt des Pins Argentés-
Sauter vers: